Pulp, la revue qui donne enfin la parole aux images

· · · · | Non classé | Aucun commentaire sur Pulp, la revue qui donne enfin la parole aux images

Une nouvelle revue trimestrielle au slogan-manifeste « les images ont la parole ! » ne pouvait qu’attirer notre attention. Elle s’appelle Pulp, est dédiée à la culture visuelle et au décryptage des images et a le fait le pari audacieux d’une publication papier. Notes de lecture.

 

Son nom fait référence aux pulp magazines, populaires aux Etats-Unis au milieu du XXe siècle et remis au goût du jour en 1994 par QuentinTarantino dans son film Pulp Fiction. Son équipe est composée d’historiens, de sociologues, d’artistes mais aussi de sémiologues… Son ambition est de décrypter et de mettre en relation les images qui constituent notre environnement et notre culture. Son ton est résolument pédagogique sans jamais prendre le lecteur pour un imbécile. Son postulat, énoncé par Christian Demilly dans l’édito, est résolument sémiologique : « Nous vivons dans un monde d’images. Jamais autant qu’aujourd’hui elles n’ont pris une telle importance. Emissions de télé, affiches, publicités, films, jeux vidéo, instagram, tumblr… les images sont au coeur de notre culture et sont devenues le principal vecteur de notre approche du monde. »

Il est en effet essentiel de comprendre ces images toujours plus nombreuses produites quotidiennement par des professionnels et amateurs et qui trop souvent ne sont appréhendées que dans leur littéralité, au risque de graves contresens. L’analyse nous permet d’en saisir la signification, d’en maîtriser la logique, de comprendre surtout comment les images s’intègrent dans notre environnement culturel et finalement dans notre imaginaire collectif.  Bref, d’interroger le monde dans lequel nous vivons. Cette nouvelle revue, qui s’adresse avant tout à un public jeune mais qui intéressera un lectorat bien plus large, entend ainsi apporter sa contribution à cette recherche de sens dont on semble avoir tant besoin aujourd’hui.

De ce premier numéro intitulé « féminin / masculin », qui interroge les représentations du genre depuis la préhistoire jusqu’au mouvement des femen, nous retiendrons en particulier les décryptages suivants :

– l’analyse de l’oeuvre de Barbara Kruger par Jacques André ;

Barbara Kruger, 1985

 

– le regard du même Jacques André sur la série Mad Men ;


– le corpus « pictogramme des toilettes à travers le monde » ;


– le décryptage de l’affiche du film Boulevard de la mort de Quentin Tarantino, signé Eloi Rousseau ;


– l’éclairage porté par Philippe Lefèvre sur le nouveau territoire d’expression du parfum « Le Beau mâle »  de Jean-Paul Gaultier.

 

Un prix un peu élevé (16 euros), mais une lecture qu’on vous conseille.


Aucun commentaire

Comments are closed.